DETIRET

Il est, et sera toujours, impossible de ne pas associer Détiret au Cercle Collectif, au Studio Pirate ou encore à Récits d’Ives. Si le rappeur évolue actuellement en solo, il reste entouré de son équipe, de ses amis. C’est en 2006 que tout commence. Avec Neroptik il créent « Frères II Son », leur premier groupe de rap, qui deviendra « Récits d’Ives » deux ans plus tard. Après une brève collaboration avec le studio « Dead Prod », ils décident d’avancer en indépendants et autoproduisent la maquette « Chants de visions ». Quelques exemplaires distribués de mains en main et quelques dates plus tard, ils croisent la route du Midi 30 (Asra et Esras) et de Dj Plug’Z. Ensemble, ils décident de mettre en commun leurs déterminations, leurs forces et leurs différences au service d’une nouvelle entité qu’ils nommeront « Le Cercle Collectif ». Forts d’expériences individuelles, les deux groupes s’accordent rapidement sur une ligne directrice. Les cinq membres du collectif n’ont en tête que de retourner un maximum de salles et pour se faire ils composent, en 2009, une première mixtape intitulée « Le bal du Cercle ». N’ayant de cesse que de se créer des prétextes pour accéder aux scènes locales, ils sortiront successivement « La terre vue du Cercle » (2011) et « Entre les pavés » (2014). Une cinquantaine de dates plus tard, entre squats, festivals et premières parties d’artistes de renom, ils fondent un label autonome, indépendant et libre de droit : « Studio Pirate » (2014). Ainsi, le label compte désormais parmi ces membres, en dehors du Cercle, bon nombre d’artistes locaux tels que : Horla, Léo Walden, Soïan, Dj Plug’Z, Esras, Asra et Détiret. SUR LE DEPART C’est en 2015 que Détiret nous présente son premier opus solo. Représentant la frange technique du Cercle Collectif, il collectionne ses phases percutantes sur des instrumentales sorties des machines de DJ Ara’z’cut (Le Cercle) et de L Produx (Biggz Family). Amant du sample et du rap 90’s, il sait faire cohabiter le classic avec le plus lourd et la dérision avec le sérieux de l’engagement politique. « Le rythme et la poesie revendicative et subversive, des instrus qui frisent la folie et une ame corrosive… » Brotherhood Inc. Première pierre de la série Je marche à ma rencontre, cet album est l’initiation d’un voyage introspectif. Détiret y laisse tout ce qu’il veut cesser d’être, nous fait part de ses intentions et des moyens qu’il met en œuvre pour parvenir à se rapprocher de lui-même. Prônant le changement individuel, il nous livre ses efforts, ses doutes et ses pistes de réflexion vers l’évolution personnelle. Mais sans doute le Mc est lié étroitement à son environnement. Le constat et la dénonciation radicale font le pont entre l’être et la société pour entrevoir l’issue possible. « Sur le depart, ou l’introspection d’un Mc qui pose ses bases d’un jour nouveau. » DJ Ara’Z’Cut. COHÉRENCE n.f. sing. cohérence \kɔ.e.ʁɑ̃s\ latin : cohaerentia Deuxième opus de la série « Je marche à ma rencontre », ce projet est l’allégorie du voyage qui mène à soi-même. Paru en 2019, il s’inscrit dans la continuité du premier album, reprend certaines idées pour tenter d’aller plus loin dans la réflexion et approfondit des thématiques essentielles à la reconstruction d’un être en adéquation avec celles-ci. Ainsi, dès les premiers morceaux, Détiret s’essaie à décrire trois aspects qu’il juge fondamentaux pour mieux comprendre le monde qui l’entoure à travers un triptyque s’intitulant « Le contexte », « L’Homme » et « Le temps ». S’ensuivront des morceaux liés à la musique elle-même (« Musique Maestro »), ainsi qu’aux mots qui la compose (« Les mots »). Il traitera également de la nécessité de remettre en question nos convictions profondes (« Sûrs de rien »), engendrant une perte de confiance en soi (« En mon âme et conscience »), conduisant à son tour à l’émergence de notre égo omniprésent dans nos vies (« L’égo »). (Propre) [En parlant des parties d’un tout ou de ce tout lui-même, p. ex. une pensée, un discours, une théorie, un ouvrage, etc.] Harmonie, rapport logique, absence de contradiction dans l’enchaînement des parties de ce tout. (R. Martin du Gard, Souvenirs autobiographiques, 1955, p. XLVI). Si la volonté d’élaborer un album sémantiquement cohérent est ici bien présente, on ressent aussi une certaine homogénéité des instrumentales à la première écoute. Des prods boum bap teintées de mélocolie, en passant par des morceaux piano/voix en collaboration avec le pianiste Thomas Tiercy, le MC précise ici son identité musicale et personnelle. Désormais sur la route qui mène à lui-même, entre la mise en application de valeurs précédemment évoquées et le désir de se réinventer, cet album marque le tournant décisif d’un artiste en quête de réponses. Après le départ, l’errance.(Figuré) Accord ou harmonie, intuitive ou logique, d’un système d’idées entre elles. Dans le passage de l’oral à l’écrit, la spécificité du messager s’efface derrière celle du message. Peut-être y perd-on en spontanéité, mais on y gagne en cohérence, celle précisément d’une forme littéraire. — (Jean-Paul Desaive, Communications, 1987, vol.46, n°46, p.120).